Nouveau titre

La Loi De La Parenté : La Famille, Les Experts Et La République

Les débats qu’ont suscité les questions de bioéthique, les unions entre personnes de même sexe, la gestation pour autrui, la famille monoparentale, l’adoption, ou encore la transmission du nom de famille, ont pris en France une tournure tout à fait particulière. En effet, là où ailleurs ce sont la morale, la religion ou la « nature » qui sont volontiers mobilisées, ce sont bien plus souvent certains des concepts les plus ardus de la psychanalyse et de l’anthropologie structurale qui sont invoqués en France. Comment expliquer, par exemple, que l’opposition au Pacs ait pris appui sur Lévi-Strauss et Lacan pour défendre une conception hétérosexuelle de la famille et de la différence sexuelle — érigées en véritables nécessités culturelles, en prolongement incontournable des valeurs républicaines ? 

 

Au carrefour de l’histoire intellectuelle et de l’histoire politico-juridique, La loi de la parenté se propose d’examiner en quoi les discours savants sur la parenté ont rencontré et influencé les discours politiques sur la famille. L’ouvrage revisite aussi bien les textes que les contextes qui ont suscité ces étonnants rapprochements entre anthropologie, psychanalyse et droit de la famille en France. Particulièrement attentif aux experts et aux intermédiaires qui ont contribué à la diffusion des idées, mais aussi à leur détournement à des fins politiques, ce livre permet de démêler et d’interroger les liens enchevêtrés entre concepts savants et idées politiques.

Auteur

Camille Robcis

Camille Robcis est professeure d’histoire à l’Université de Cornell (Etats-Unis). Elle s’intéresse à la relation entre les intellectuels, les idées, et la politique, à la construction historique des normes, et à l’articulation entre universalisme et différence en France.

Acheter

ISBN 979-10-94265-02-4 22€

ISBN 979-10-94265-02-4

22€


Nouveau titre

Réactions En Chaîne : Les Républicains, De Dwight D. Eisenhower A George W. Bush, 1952‐2008

De 1952 à 2008, de la présidence Eisenhower à la présidence Bush, le Parti républicain n’a cessé de se transformer en profondeur, pour finalement faire jeu égal avec le Parti démocrate. Au fil des événements qui ponctuent ces quelque quatre décennies, les positions républicaines semblent décrire un mouvement de réaction perpétuelle aux évolutions de la société américaine — même s’ils les ont parfois eux-mêmes façonnées. Sous la pression du mouvement conservateur, dont les effectifs et l’idéologie progressent continuellement au cours de la période, le Grand Old Party ne cesse de se radicaliser : simple alternative conservatrice à la vision progressiste des Démocrates héritiers de Franklin Roosevelt, les Républicains finissent par provoquer un réalignement électoral partiel, notamment dans le sud du pays, en adoptant la posture de dénonciation de l’Etat et la rhétorique populiste qui le caractérisent toujours aujourd’hui. L’élection de Ronald Reagan en 1980, la conquête de la majorité au Congrès en 1994, et le retour à un contrôle conjugué des deux pouvoirs élus sous la présidence de George W. Bush en 2000, marquent l’ascension et le triomphe électoral du Parti.

Afin d’aider les étudiants à se repérer dans cette chronologie riche, ce livre bilingue retrace les grandes étapes de l’évolution du Parti républicain, de « Ike » à « W ». Il propose également une approche thématique des dimensions les plus importantes de la question — de la Cour suprême à la politique budgétaire ou encore l’idéologie conservatrice, en passant par les stratégies électorales. 


Auteur

Robert Mason

Robert Mason est enseignant-chercheur en histoire américaine à l’université d’Édimbourg. Il est l’auteur de Richard Nixon and the Quest for a New Majority (2004) et The Republican Party and American Politics from Hoover to Reagan (2012). 

Alix Meyer

Alix Meyer est maître de conférences à l’université de Bourgogne-Franche-Comté et membre du Centre interlangues - Texte, image, langage (EA 4182). Il est l’auteur de Les Républicains au Congrès : la résistible ascension des conservateurs américains (2015).

François Vergniolle de Chantal

François Vergniolle de Chantal est professeur de civilisation américaine à l'Université Paris-Diderot et membre du Laboratoire de Recherches sur les Cultures Anglophones (LARCA). Il est co-directeur de la revue Politique Américaine. Son prochain livre, L'impossible présidence impériale, paraîtra aux Editions du CNRS en 2016.

 

Nouveau titre

The Mind’s Eye: Alice Munro’s Dance of the Happy Shades

The Mind’s Eye explores the ways in which Alice Munro’s first collection of short stories, Dance of the Happy Shades, establishes the themes that would continue to animate the work of this Nobel Prize-winning Canadian author over the ensuing forty years. Munro is fascinated by the role of the senses, particularly sight, in the perception of the world; by the link between the real world and the world of the imagination; by the way the past haunts the present through unreliable memories that change over the course of time; and by a sense that secrets and mysteries can be experienced but never entirely understood. Several of the stories—such as “An Ounce of Cure” and “Day of the Butterfly”—read as the narratives of a writer at the beginning of her career, experimenting with the genre of the short story and dealing with autobiographical material from her childhood, youth, and young adulthood. Others—such as “Walker Brothers Cowboy”, “Images” and “The Peace of Utrecht”—already reveal Munro’s mastery of form, as well as the questions that would become her central preoccupations.

The book’s seven chapters address key aspects of Munro’s collection: genre; the Gothic and the grotesque; memory and temporality; growing up; gender, mothers and fathers; class; and the artist and society. Although these themes run across several, or in some cases most, of the stories, a few representative stories are given close readings in each chapter, providing an analysis of the stories as distinct narrative units.


Auteur

Ailsa Cox

Ailsa Cox is Reader in English and Writing at Edge Hill University, UK. She is a short storywriter and critic. Her short monograph, Alice Munro, was published by Northcote House in 2004.

Christine Lorre-Johnston

Christine Lorre-Johnston is a Senior Lecturer in English Literature at the University of Paris Sorbonne Nouvelle. Her research focuses on postcolonial literature and theory and the short story genre.

 

Nouveau titre

La Grande Famine En Irlande, 1845-1851

A partir de l’automne 1845, et pendant six années consécutives, le mildiou ravage les cultures de pommes de terre irlandaises et anéantit une grande part des récoltes. Privés de leur principal moyen de subsistance, les paysans irlandais sont confrontés à une crise agricole, économique et sanitaire d’une ampleur et d’une durée sans précédent. Ni les secours apportés par l’administration britannique, insuffisants et inadaptés, ni l’aide fournie sur le terrain par divers organismes de charité ne parviennent véritablement à résorber famine, pauvreté et maladies.

Les effets conjugués de la surmortalité (plus d’un million de morts) et de l’émigration de masse (estimée elle aussi à un million de personnes) ont provoqué une crise démographique durable, qui affecta inévitablement la société irlandaise dans son ensemble et l’identité culturelle de la nation. La question de l’impact exact de la crise, celle de son inévitabilité et celle de la responsabilité britannique ont fortement nourri le nationalisme irlandais et alimentent encore aujourd’hui les débats historiographiques et identitaires persistants que la Famine a suscités.


Auteur

Peter Gray

Peter Gray est professeur de l’histoire à Queen’s University Belfast (R-U). Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’Irlande et de la Famine, dont Poverty and Welfare in Ireland 1838-1948 ; The Making of the Irish Poor Law 1815-43 ; Famine, Land and Politics ; et The Irish Famine.

Pauline Collombier-Lakeman

Ancienne élève de l'ENS de Lyon et agrégée d'anglais, Pauline Collombier-Lakeman est maître de conférences en civilisation britannique à l'université de Strasbourg. Elle a contribué à l’ouvrage The Home Rule Crisis.

 

Nouveau titre

« Not Like An Old Play » : Love's Labour's Lost De William Shakespeare

Pièce dans laquelle les mots priment sur l’action, Love’s Labour’s Lost est une œuvre expérimentale, couramment désignée comme la plus métadramatique de Shakespeare, en ce qu’elle ne cesse d’insister sur sa propre artificialité et de déjouer nos attentes en manipulant les conventions. Texte d’un genre nouveau, « not like an old play », Love’s Labour’s Lost convoque en effet de multiples traditions littéraires, esthétiques et philosophiques, qui peuvent la rendre, de prime abord, difficile d’accès.

Dans un premier chapitre, en anglais, Sujata Iyengar pose les repères historiques et critiques indispensables à une bonne compréhension des références contextuelles, et s’interroge notamment sur son statut en tant que texte imprimé. Dans les deux chapitres suivants, en français, Frédérique Fouassier-Tate s’intéresse à la réflexion sur le langage que mène Shakespeare, en se jouant notamment des codes de la poésie pétrarquiste, et des rapports entre hommes et femmes qui les sous-tendent. Les jeux de mots incisifs et les joutes verbales qui rythment le texte semblent déstabiliser le sens des mots et introduire un décalage, parfois immense, entre signifié et signifiant.


Auteur

Frédérique Fouassier-Tate

Frédérique Fouassier-Tate est maître de conférences à l’université François Rabelais de Tours et membre du Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance.  

Sujata Iyengar

Sujata Iyengar est professeur de littérature anglaise à l’université de Georgia (Etats-Unis). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont Shades of Difference: Mythologies of Skin Color in Early Modern England (University of Pennsylvania Press, 2004) et Shakespeare's Medical Language (Arden/Bloomsbury, 2011 et 2014).

 

Nouveau titre

D’Après nature : Frederick Law Olmsted et le park movement américain 

L’œuvre de Frederick Law Olmsted, le premier et le plus célèbre des architectes-paysagistes américains, demeure paradoxalement mal connue. Prolifique et protéiforme, elle est trop souvent éclipsée par sa réalisation phare, qui en offre pourtant une vision réductrice : l’immense parc urbain de Central Park à New York.

Le présent ouvrage se propose de revisiter le parcours tortueux d’Olmsted, d’en démêler les ressorts, aussi bien intellectuels et esthétiques que politiques et économiques, et d’en dégager les cohérences, par delà son évident éclectisme. En partie déterminée par l’impératif pécunier, sa carrière connut de nombreux aléas : tour à tour fermier et horticulteur passionné d’agriculture scientifique, journaliste et écrivain voyageur, éditeur, maître d’œuvre et chef de chantier à la tête de plusieurs milliers d’hommes, et même directeur de la plus grosse mine d’or de Californie, il s’accommoda finalement du titre de landscape architect, qui ne lui plaisait guère et ne reflète qu’en partie son champ d’activité.  

Plus d'info


Auteur

Lisa Brawley

Lisa Brawley enseigne les études urbaines à Vassar College (New York), dont elle dirige actuellement le programme d’études américaines.

Elsa Devienne

Elsa Devienne, agrégée, enseigne la civilisation américaine à l’Université de Paris Ouest Nanterre. Elle est membre du laboratoire Mondes Américains de l’EHESS.

 

Nouveau titre

Les Etats-Unis en crise et en guerre : les années Roosevelt, 1932-1945

Unique par son format bilingue, ce livre se décline en six chapitres thématiques, chacun composé de trois sections : une première, en anglais, intitulée the story, qui couvre les événements incontournables ; une deuxième, en français, angles d’approche, qui fournit un cadre analytique ; et une troisième, en anglais, key elements, qui présente de manière condensée mais précise les points essentiels des grands noms/événements/concepts du chapitre. 


Auteur

Andrew Diamond

Andrew Diamond est professeur d’histoire et de civilisation américaine à l’université de Paris-Sorbonne. Il est l’auteur de Mean Streets: Chicago Youths and the Everyday Struggle for Empowerment in the Multiracial City, 1908-1969 (University of California Press, 2009) et co-auteur de Histoire de Chicago (Fayard, 2013).

Romain Huret

Romain Huret est historien des États-Unis, maître de conférences en civilisation américaine à l’université Lyon 2. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont American Tax Resisters (Harvard University Press, à paraître en 2014).

Vincent Michelot

Vincent Michelot est professeur d'histoire politique des États-Unis à Sciences-Po Lyon. Agrégé d'anglais, il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la présidence américaine dont L'Empereur de la Maison-Blanche (Armand Colin, 2004) et Le président des États-Unis : un pouvoir impérial ? (Gallimard, 2008).

Jean-Christian Vinel  

Jean-Christian Vinel est maître de conférences en civilisation américaine à l'université Paris-Diderot. Spécialiste d'histoire politique et d'histoire du travail, il est l'auteur de The Employee: A Political History (University of Pennsylvania Press, 2013).

 

 
Nouvelle collection dirigée par Thomas Dutoit: La littérature en cause

    Nouveau titre

    Correspondences: Frances Burney’s Evelina

    Les trois chapitres de cet ouvrage bilingue se composent tous d’une première partie en anglais, « From Context to Text », qui replace le roman dans son contexte historique et culturel pour mieux en cerner les enjeux ; une deuxième partie en français, « Angle d’Approche », permet d’aborder une question plus précise, alors qu’une troisième partie en anglais, « Key Elements », vise à faciliter la lecture du roman et son approche critique en  proposant de courtes entrées sur certains termes-clés (« Gallantry », « Blushing »…) et sur des contemporains de Burney (Garrick, Johnson), ou de brèves explications ponctuelles sur quelques points historiques (les femmes et le mariage…) et littéraires (l’ironie, la satire).


    Auteur

    Anne Rouhette

    Anne Rouhette est maître de conférences à l’Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand II) et membre du CELIS. Ses recherches portent sur le roman féminin de la fin du XVIIIsiècle et du début du XIXe.

     
     

    Nouveau titre

    Maison de deuil, maison de liesse ? The House of Mirth d’Edith Wharton

    Dans une première partie en anglais — From Context to Text Carol J. Singley offre une synthèse biographique et critique qui replace la vie et l’œuvre de la romancière dans leur contexte esthétique, philosophique, socio-économique, historique et théorique, et éclaire habilement les liens secrets et les passages dérobés entre l’une et l’autre. 

    Dans la partie centrale de l’ouvrage, en français, Marc Amfreville se livre à une véritable auscultation critique du roman à travers la question de son inscription générique. L’analyse thématique (« du roman de mœurs au naturalisme », « du conte de fées au romance » etc.) s’appuie sur l’analyse détaillée de scènes clés du roman (« ouverture », « avant-dernière rencontre », etc), et permet d’en dévoiler progressivement toute la force enténébrée.

    La troisième partie est consacrée au passage du roman au film. Zachary Baqué y envisage l’adaptation filmique du roman par Terence Davies, d’abord sous l’angle des inévitables contraintes économiques liées à sa production, puis sous celui du travail de transfert et d’adaptation aux spécificités du médium-cible, et enfin de façon autonome, en tant que film indépendant de sa source littéraire.


    Auteurs

    Marc Amfreville

    Marc Amfreville est professeur de littérature américaine à l'Université Paris-Sorbonne. Il est Président d’honneur de l’Association Française d’Etudes Américaines et l'auteur de trois ouvrages: C.B.Brown, la part du doute (2000); Pierre ou les ambiguïtés de Melville: l'ombre portée (2003); et Écrits en souffrance (2009).

    Carol J. Singley

    Carol J. Singley est professeure de littérature américaine à Rutgers University-Camden (New Jersey, USA). Elle est l’auteure de plusieurs études sur Edith Wharton, dont Edith Wharton : Matters of Mind and Spirit (Cambridge University Press, 1995) et Edith Wharton’s The House of Mirth : A Casebook (Oxford University Press, 2003).

    Zachary Baqué

    Zachary Baqué est maître de conférences en civilisation américaine et analyse filmique à l'Université de Toulouse II-Le Mirail. Il a publié plusieurs articles, notamment sur David Lynch et le documentaire américain des années 1960. 

     

     

    Nouveau Titre

    Signs Of Eternity: H.D.’S Trilogy

    Unique par son format bilingue, cet ouvrage propose un parcours rigoureux, appuyé par des analyses détaillées des poèmes, d’une œuvre incontournable du modernisme américain. Dans la première partie, en anglais, Nicholas Manning s’interroge sur les tensions centrales deTrilogy : la violence et la création, la transcendance et l’immanence, et le rôle du poète moderne face au « temps de détresse » de la modernité. Dans la deuxième partie, en français, Clément Oudart fournit des clés pour tenter de comprendre certaines des questions décisives chez H.D., telles que le genre, le signe, ou le spectre. Les sujets de dissertation ici proposés – « L’écriture et le palimpseste », ou « Les figures du corps » – fournissent des exemples éclairants d’approches analytiques et synthétiques. Ensemble, ces deux visions fondent une archéologie des motifs et des concepts majeurs d’une œuvre où la poésie fait signe et se fait signe : signe du temps, et de l’éternité. 


    Auteurs

    Nicholas Manning

    Nicholas Manning est Maître de conférences en Littérature américaine à l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Son ouvrage Rhétorique de la sincérité. La poésie moderne en quête d'un langage vrai paraîtra en 2013 aux éditions Honoré Champion.

    Clément Oudart 

    Clément Oudart est maître de conférences en Littérature américaine à l’Université Toulouse II-Le Mirail. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les Métamorphoses du modernisme, de H.D. à Robert Duncan : vers une poétique de la relation (Presses Sorbonne Nouvelle, 2011). Il a également publié des articles sur William Carlos Williams, H.D. et Robert Duncan dans diverses revues et ouvrages collectifs en France et aux États-Unis.

     

     

    Autres Titres

    La Décolonisation britannique : perspectives sur la fin d’un empire/1919-1984

    Ce livre tente de retracer le pourquoi et le comment de la chute de l’Empire britannique — l’évolution du processus, depuis les premiers mouvements anti-impérialistes jusqu’au transfert de souveraineté entre métropole et périphérie, à travers les méandres des réorientations de la politique coloniale. Unique par son format bilingue, il se décline en cinq chapitres thématiques, chacun composé de trois sections : une première, en anglais, qui couvre les événements incontournables ; une deuxième, en français, qui fournit un cadre analytique ; et une troisième, en anglais, qui présente de manière condensée mais précise les points essentiels du chapitre.



    Auteurs

    Richard Davis

    Richard Davis est professeur de civilisation britannique à l’Université Charles de Gaulle, Lille 3 et chercheur au sein de l’équipe de CECILLE. Il est membre du jury de l’agrégation externe d’anglais depuis 2011.

    Trevor Harris

    Trevor Harris est professeur de civilisation britannique à l'Université François-Rabelais et chercheur à l'équipe ICD de Tours.

    Philippe Vervaecke 

    Philippe Vervaecke est spécialiste du Royaume-Uni. Il est maître de conférences à Lille 3 et chercheur au sein de l’équipe de CECILLE.

    Autres Titres