Le Poids du passé / Barack Obama et la question raciale

Auteurs

Thomas J. Sugrue

Thomas J. Sugrue, professeur d’histoire et de sociologie à l’Université de Pennsylvanie, est l’un des spécialistes américains les plus reconnus de la question des relations raciales, des droits civiques, de l’histoire urbaine et des inégalités. Il est l’auteur du livre de référence The Origins of the Urban Crisis : Race and Inequality in Postwar Detroit (Princeton University Press, 1996), lauréat du Bancroft Prize pour le meilleur livre d’histoire américaine. Plus récemment, son dernier livre avant Le poids du passé, le monumental Sweet Land of Liberty : The Forgotten Struggle for Civil Rights in the North (Princeton University Press, 2008) a été finaliste du prix Los Angeles Times Book Prize.

Denis Lacorne

Denis Lacorne, politiste et spécialiste de l’histoire politique des Etats-Unis, est directeur d’études au CERI-Sciences Po. Il est l’auteur de nombreux livres, et de l’essai primé De la religion en Amérique : Essai d’histoire politique, qui a été récemment traduit et publié aux Etats-Unis. 

Traduit de l’anglais par Caroline Rolland-Diamond et Ninon Vinsonneau

Livres

Le Poids du passé/ Barack Obama et la question raciale

L’arrivée d’Obama à la Maison Blanche a incontestablement marqué un tournant historique, et son ascension spectaculaire est souvent présentée comme une preuve irréfutable de l’entrée des Etats-Unis dans une nouvelle ère, dite « post-droits civiques ». Mais les divisions et les inégalités raciales, notamment entre noirs et blancs, demeurent pourtant profondément ancrées dans l’Amérique d’aujourd’hui. L’éminent historien Thomas Sugrue propose ici une analyse sans concession de la manière dont Obama s’est saisi de ce paradoxe.

«  Le passé n’est pas mort et enterré. Il n’est même pas passé », soulignait Obama dans son célèbre discours de campagne sur la question raciale, en invoquant William Faulkner. Le poids du passé retrace l’évolution des positions d’Obama sur la question des inégalités raciales au cours de sa carrière professionnelle, depuis ses premières années à Chicago en tant qu’organisateur de communautés, avocat et universitaire, jusqu’à son ascension politique en tant que candidat charismatique et aguerri à la présidence  des Etats-Unis. Sugrue replace Obama dans le contexte de l’histoire turbulente de la lutte des noirs pour les droits civiques pour mieux comprendre ses conceptions des causes profondes de la pauvreté noire en Amérique, et les réponses qu’il a apportées aux défis qui l’attendaient une fois élu à la présidence.

Dans quelle mesure peut-on dire que la présidence d’Obama a permis de tourner la page et d’entrer de plain-pied dans une nouvelle ère « post-raciale » ? Spécialiste des droits civiques et des relations raciales, Thomas Sugrue livre un bilan honnête et révélateur sur la question.

 
La Décolonisation britannique 

Auteurs

Richard Davis

Richard Davis est professeur de civilisation britannique à l’Université Charles de Gaulle, Lille 3 et chercheur au sein de l’équipe de CECILLE. Il est membre du jury de l’agrégation externe d’anglais depuis 2011, et l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la politique étrangère de la Grande-Bretagne au XXe siècle.

Trevor Harris

Trevor Harris est professeur de civilisation britannique à l'Université François-Rabelais et chercheur à l'équipe ICD de Tours. Il travaille sur l'histoire politique et intellectuelle de la Grande-Bretagne aux XIXe et XXe siècles. Il est l'auteur d' Une Certaine idée de l’Angleterre (Paris, Armand Colin, 2006) dans la collection « L’Histoire au présent ». 

Philippe Vervaecke

Philippe Vervaecke est spécialiste du Royaume-Uni et maître de conférences à Lille 3. Membre de CECILLE, il a dirigé A droite de la droite. Droites radicales en France et en Grande-Bretagne (Lille, Presses du Septentrion, 2012) et a co-dirigé L'Atlantique multiracial (Paris, Karthala, 2012).

Livres

La Décolonisation britannique : perspectives sur la fin d’un empire/1919-1984

En l’espace de quelques années seulement, au milieu du XXe siècle, plus d’une centaine de pays ont accédé à l’indépendance. Ces transformations ont eu des répercussions profondes et durables sur tous les pays directement concernés – anciennes colonies, protectorats, dominions, et anciennes puissances coloniales.

Pour la Grande Bretagne, alors à la tête du plus grand des empires européens, la décolonisation a d’abord été synonyme de déclin sur la scène internationale. Pour les pays colonisés, la rupture, tantôt radicale et précipitée, tantôt plus partielle et graduelle, n’a pas été moins complexe. Partout, le processus de décolonisation a touché, à des degrés divers, l’ensemble des sociétés concernées.

Tout en reconnaissant la pluralité des histoires de l’Empire, ce livre tente de retracer le pourquoi et le comment de sa chute – l’évolution du processus, depuis les premiers mouvements anti-impérialistes jusqu’au transfert de souveraineté, à travers les méandres des réorientations de la politique coloniale. C’est une histoire de violence, de répression et de domination, mais aussi de résistance et de libération qui a mobilisé à l’époque, parfois jusqu’au conflit armé, modérés et radicaux, réformateurs et réactionnaires, farouches défenseurs de l’Empire et anti-colonialistes.

Unique par son format bilingue, ce livre se décline en cinq chapitres thématiques, chacun composé de trois sections : une première, en anglais, intitulée THE STORY, qui couvre les événements incontournables ; une deuxième, en français, ANGLES D'APPROCHE, qui fournit un cadre analytique ; et une troisième, en anglais, KEY ELEMENTS, qui présente de manière condensée mais précise les points essentiels — les grands noms, événements et concepts du chapitre.

 
Révoltes et utopies

Auteurs

Andrew J. Diamond

Andrew J. Diamond est historien des États-Unis, professeur de civilisation américaine à l'université Paris-Sorbonne et chercheur associé au CERI - Sciences Po. Il est l’auteur notamment de Mean Streets: Chicago Youths and the Everyday Struggle for Empowerment in the Multiracial City, 1908 - 1969 (Berkeley, University of California Press, 2009) et co-auteur de Histoire de Chicago (Paris, Fayard, 2013).

Romain Huret

Romain Huret est historien des États-Unis, maître de conférences en civilisation américaine à l’université Lyon 2, chercheur au MASCIPO ( EHESS / CNRS ) et membre de l’Institut Universitaire de France. Il est l’auteur de La fin de la pauvreté ? Les experts sociaux en guerre contre la pauvreté aux États-Unis ( 1945 - 1974 ) ( Paris, Éditions de l’EHESS, 2008 ).

Caroline Rolland-Diamond

Caroline Rolland-Diamond est historienne des États-Unis, maître de conférences en civilisation américaine à l’Université de Paris Ouest Nanterre et chercheuse au Centre de Recherches Anglophones ( CREA ) de Nanterre. Elle est l’auteur de Chicago : le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique ( Paris, Syllepse, 2011 ).

Livres

Révoltes et utopies : la contre-culture américaine des années 1960

Période de révolte et d’utopie par excellence, de cette contre-culture plurielle qui a fait l’objet de toutes les passions et toutes les controverses, les années soixante ont vu les étudiants radicaux, les hippies, les Afro-Américains, les Latinos, les Asiatiques, les Amérindiens, les femmes et les homosexuels descendre dans la rue et occuper les parcs comme les campus pour réclamer leurs droits, affirmer leur identité culturelle et jeter les bases d’un avenir meilleur. Tous rejetaient l’ordre établi et les normes dominantes de la société américaine et portaient un projet révolutionnaire qui suivit deux orientations majeures : la première aspirait à l’épanouissement d’une culture alternative et utopique fondée sur les drogues, le mysticisme et la transformation radicale du mode de vie ; la seconde visait à l’avènement d’un puissant activisme politique, renforcé par un mélange de mobilisations communautaires et d’action protestataire. 

Se plaçant délibérément dans la nouvelle perspective historiographique des « longues années soixante », ce livre retrace les différentes formes de la mobilisation culturelle et politique de cette période depuis leurs origines dans la deuxième moitié des années 1950 jusqu’au milieu des années 1970.

Unique par son format bilingue, ce livre se décline en sept chapitres thématiques, chacun composé de trois sections : une première, en anglais, intitulée THE STORY, qui couvre les événements incontournables ; une deuxième, en français, ANGLES D'APPROCHE, qui fournit un cadre analytique ; et une troisième, en anglais, KEY ELEMENTS, qui présente de manière condensée mais précise les points essentiels — les grands noms, événements et concepts du chapitre.

Sommaire

Acheter